Free Essay

Cours D'Informatique

In: Computers and Technology

Submitted By xbankiz
Words 2610
Pages 11
Cours d’Informatique
1ère année SM/SMI 2007/2008, Info2 Département de Mathématiques et d’Informatique, Université Mohammed V elbenani@hotmail.com sayah@fsr.ac.ma

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

1

Objectif et plan du cours
Objectif :

• •

Apprendre les concepts de base de l'algorithmique et de la programmation Être capable de mettre en oeuvre ces concepts pour analyser des problèmes simples et écrire les programmes correspondants

Plan : introduction à l’algorithmique et à la programmation



• • • • • •

Généralités sur l’algorithmique et les langages de programmation Notion de variable, affectation, lecture et écriture Instructions conditionnels et instructions itératives Les Tableaux, les fonctions et procédures, la récursivité Introduction à la complexité des algorithmes Données structurées

Initiation au Langage C (Travaux pratiques)
Info2, 1ère année SM/SMI 2

2007/2008

Programme
Un programme correspond à la description d’une méthode de résolution pour un problème donné. Cette description est effectuée par une suite d’instructions d’un langage de programmation Ces instructions permettent de traiter et de transformer les données (entrées) du problème à résoudre pour aboutir à des résultats (sorties). Un programme n’est pas une solution en soi mais une méthode à suivre pour trouver les solutions.

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

3

Langages informatiques
Un langage informatique est un code de communication, permettant à un être humain de dialoguer avec une machine en lui soumettant des instructions et en analysant les données matérielles fournies par le système. Le langage informatique est l’intermédiaire entre le programmeur et la machine. Il permet d’écrire des programmes (suite consécutive d’instructions) destinés à effectuer une tache donnée



Exemple : un programme de résolution d’une équation du second degré

Programmation : ensemble des activités orientées vers la conception, la réalisation, le test et la maintenance de programmes.

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

4

Langages de programmation
Deux types de langages:

• Langages procéduraux : Fortran, Cobol, •
Pascal, C, … Langages orientés objets : C++, Java, C#,…

Le choix d'un langage de programmation n'est pas facile, chacun a ses spécificités et correspond mieux à certains types d'utilisations

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

5

Notion d’algorithme
Un programme informatique permet à l’ordinateur de résoudre un problème

• • • •

Avant de communiquer à l’ordinateur comment résoudre ce problème, il faut en premier lieu pouvoir le résoudre nous même Le résultat c’est comme le plat à cuisiner Les données sont l’analogues des ingrédients de la recette Les règles de transformations se comparent aux directives ou instructions de la recette

Un algorithme peut se comparer à une recette de cuisine

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

6

Algorithme informatique
Un algorithme est une suite d’instructions ayant pour but de résoudre un problème donné. Ces instructions doivent être exécutées de façon automatique par un ordinateur.
Exemples:
– préparer une recette de cuisine – montrer le chemin à un touriste – programmer un magnétoscope – etc ...

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

7

Algorithme : exemple
Pour trouver une valeur approximative de la racine carrée de x: • prendre une approximation initiale arbitraire G • améliorer cette approximation en calculant la moyenne arithmétique entre G et x/G • continuer jusqu'à atteindre la précision souhaitée Exemple : x pour x=2 X=2 G=1 X/G = 2 G = ½ (1+ 2) = 1.5 X/G = 4/3 G = ½ (3/2 + 4/3) = 17/12 = 1.416666 X/G = 24/17 G = ½ (17/12 + 24/17) = 577/408 = 1.4142156

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

8

Algorithme et programme
L’élaboration d’un algorithme précède l’étape de programmation

• •

Un programme est un algorithme Un langage de programmation est un langage compris par l'ordinateur

L’élaboration d’un algorithme est une démarche de résolution de problème exigeante La rédaction d’un algorithme est un exercice de réflexion qui se fait sur papier

• • •

L'algorithme est indépendant du langage de programmation Par exemple, on utilisera le même algorithme pour une implantation en Java, ou bien en C++ ou en Visual Basic L’algorithme est la résolution brute d’un problème informatique
Info2, 1ère année SM/SMI 9

2007/2008

Algorithmique algorithme = méthode de résolution algorithme vient du nom du célèbre mathématicien arabe Al Khawarizmi (Abu Ja'far Mohammed Ben Mussa Al-Khwarismi)

• http ://trucsmaths.free.fr/alkhwarizmi.htm • http://publimath.irem.univ-mrs.fr/glossaire/AL016.htm

L’algorithmique désigne aussi la discipline qui étudie les algorithmes et leurs applications en Informatique Une bonne connaissance de l’algorithmique permet d’écrire des algorithmes exacts et efficaces
2007/2008 Info2, 1ère année SM/SMI 10

algorithmique
Conception
– comment développer un algorithme? – quelles techniques produisent de bons algorithmes?

Analyse
– étant donné un algorithme, quelles sont ses qualités? – est-il adapté au problème? – est-il efficace? – comment mesurer ses performances?

Étant donné un problème sans solution évidente, comment peut on le résoudre?
– en considérant les problèmes similaires connus, – en considérant les solutions analogues - algorithmes - connues, – en faisant marcher son imagination !!!

Processus de développement : codage analyse découverte d’erreurs demandes d’améliorations 2007/2008 Info2, 1ère année SM/SMI

test

fin

11

Propriétés d’un algorithme
Un algorithme doit:
– avoir un nombre fini d’étapes, – avoir un nombre fini d’opérations par étape, – se terminer après un nombre fini d’opérations, – fournir un résultat.

Chaque opération doit être:
– définie rigoureusement et sans ambiguïté – effective, c-à-d réalisable par une machine

Le comportement d'un algorithme est déterministe.

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

12

Repré d’ Représentation d’un algorithme
Historiquement, deux façons pour représenter un algorithme: L’Organigramme: représentation graphique avec des symboles (carrés, losanges, etc.)

• •
• •

offre une vue d’ensemble de l’algorithme représentation quasiment abandonnée aujourd’hui

Le pseudo-code: représentation textuelle avec une série de conventions ressemblant à un langage de programmation plus pratique pour écrire un algorithme représentation largement utilisée

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

13

Algorithmique

Notions et Instructions de base

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

14

instructions de base
Un programme informatique est formé de quatre types d’instructions considérées comme des petites briques de base :

• • • •

l’affectation de variables la lecture et/ou l’écriture les tests les boucles

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

15

Notion de variable
Une variable sert à stocker la valeur d’une donnée dans un langage de programmation Une variable désigne un emplacement mémoire dont le contenu peut changer au cours d’un programme (d’où le nom de variable) Chaque emplacement mémoire a un numéro qui permet d'y faire référence de façon unique : c'est l'adresse mémoire de cette cellule. Règle : La variable doit être déclarée avant d’être utilisée, elle doit être caractérisée par :

• • •

un nom (Identificateur) un type qui indique l’ensemble des valeurs que peut prendre la variable (entier, réel, booléen, caractère, chaîne de caractères, …) Une valeur

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

16

rè Identificateurs : règles
Le choix du nom d’une variable est soumis à quelques règles qui varient selon le langage, mais en général: • Un nom doit commencer par une lettre alphabétique exemple : E1 (1E n’est pas valide)



doit être constitué uniquement de lettres, de chiffres et du soulignement (« _ ») (Éviter les caractères de ponctuation et les espaces)
Exemples : SMI2008, SMI_2008 (SMP 2008, SMP-2008, SMP;2008 : sont non valides)

• •

doit être différent des mots réservés du langage (par exemple en C: int, float, double, switch, case, for, main, return, …) La longueur du nom doit être inférieure à la taille maximale spécifiée par le langage utilisé

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

17

Identificateurs : conseils
Conseil: pour la lisibilité du code choisir des noms significatifs qui décrivent les données manipulées exemples: NoteEtudiant, Prix_TTC, Prix_HT Remarque: en pseudo-code algorithmique, on va respecter les règles citées, même si on est libre dans la syntaxe

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

18

Types des variables
Le type d’une variable détermine l’ensemble des valeurs qu’elle peut prendre. Les types offerts par la plus part des langages sont: • Type numérique (entier ou réel)

• • • • •

Byte (codé sur 1octet): de [-27,27[ ou [0, 28[ Entier court (codé sur 2 octets) : [-215,215[ Entier long (codé sur 4 octets): [-231,231[ Réel simple précision (codé sur 4 octets) : précision d’ordre 10-7 Réel double précision (codé sur 8 octets) : précision d’ordre 10-14

• • •

Type logique ou booléen: deux valeurs VRAI ou FAUX Type caractère: lettres majuscules, minuscules, chiffres, symboles,..
Exemples : ’A’, ’b’, ’1’, ’?’, …

Type chaîne de caractère: toute suite de caractères Exemples: " " , " Nom, Prénom", "code postale: 1000", …
Info2, 1ère année SM/SMI 19

2007/2008

Déclaration des variables
Rappel: toute variable utilisée dans un programme doit avoir fait l’objet d’une déclaration préalable En pseudo-code, la déclaration de variables est effectuée par la forme suivante : Variables liste d'identificateurs : type
Exemple: Variables i, j, k : entier x, y : réel OK: booléen Ch1, ch2 : chaîne de caractères
2007/2008 Info2, 1ère année SM/SMI 20

Variables : remarques pour le type numérique, on va se limiter aux entiers et réels sans considérer les sous types Pour chaque type de variables, il existe un ensemble d'opérations correspondant. Une variable est l'association d'un nom avec un type, permettant de mémoriser une valeur de ce type.

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

21

Constante
Une constante est une variable dont la valeur ne change pas au cours de l'exécution du programme, elle peut être un nombre, un caractère, ou une chaine de caractères. En pseudo-code, Constante identificateur=valeur : type,… (par convention, les noms de constantes sont en majuscules) Exemple : pour calculer la surface des cercles, la valeur de pi est une constante mais le rayon est une variable. Constante PI=3.14 : réel, MAXI=32 : entier Une constante doit toujours recevoir une valeur dès sa déclaration.

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

22

Affectation
L’affectation consiste à attribuer une valeur à une variable (c’est-à-dire remplir ou modifier le contenu d'une zone mémoire) En pseudo-code, l'affectation est notée par le signe ← Var← e : attribue la valeur de e à la variable Var - e peut être une valeur, une autre variable ou une expression - Var et e doivent être de même type ou de types compatibles - l’affectation ne modifie que ce qui est à gauche de la flèche
Exemples : i ←1 j ←i k ←i+j

x ←10.3 OK ←FAUX ch1 ←"SMI" ch2 ←ch1 x ←4 x ←j
(avec i, j, k : entier; x :réel; ok :booléen; ch1,ch2 :chaine de caractères) Exemples non valides: i ←10.3 OK ←"SMI" j ←x

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

23

Affectation
Les langages de programmation C, C++, Java, … utilisent le signe égal = pour l’affectation ←. Remarques : • Lors d’une affectation, l’expression de droite est évaluée et la valeur trouvée est affectée à la variable de gauche. Ainsi, A←B est différente de B←A • l'affectation est différente d'une équation mathématique :

• •

Les opérations x ← x+1 et x ← x-1 ont un sens en programmation et se nomment respectivement incrémentation et décrémentation. A+1 ← 3 n'est pas possible en langages de programmation et n'est pas équivalente à A ← 2



Certains langages donnent des valeurs par défaut aux variables déclarées. Pour éviter tout problème il est préférable d'initialiser les variables déclarées.
Info2, 1ère année SM/SMI 24

2007/2008

Syntaxe générale de l’algorithme
Algo exemple /* La partie déclaration de l’algorithme */ Constantes // les constantes nécessitent une valeur dès leur déclaration var1←20 : entier var2←"bonjour!" : chaîne Variables // les variables proprement dites var3, var4 : réels var5 : chaîne Début // corps de l’algorithme /* instructions */ Fin
2007/2008 Info2, 1ère année SM/SMI 25

la séquence des instructions
Les opérations d'un algorithme sont habituellement exécutées une à la suite de l'autre, en séquence (de haut en bas et de gauche à droite). L'ordre est important. On ne peut pas changer cette séquence de façon arbitraire. Par exemple, enfiler ses bas puis enfiler ses bottes n’est pas équivalent à enfiler ses bottes puis enfiler ses bas.

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

26
Fiche 2.6

Affectation : exercices
Donnez les valeurs des variables A, B et C après exécution des instructions suivantes ? Variables A, B, C: Entier Début A←7 B ← 17 A←B B ← A+5 C←A+B C←B–A Fin

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

27

Affection : exercices
Donnez les valeurs des variables A et B après exécution des instructions suivantes ?
Variables A, B : Entier Début A←6 B←2 A←B B←A Fin

Les deux dernières instructions permettent-elles d’échanger les valeurs de A et B ?

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

28

l’é ’échange Affectation : l’échange des chandails

0.

1.

A 2.

B 3.

A

B

A
2007/2008

B

A

B
29
Fiche 2.6

Info2, 1ère année SM/SMI

Affectation : échanges
Écrire un algorithme permettant d’échanger les valeurs de deux variables A et B ? Réponse : on utilise une variable auxiliaire C et on écrit les instructions suivantes : C A; A B; B C;

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

30

Expressions et opérateurs
Une expression peut être une valeur, une variable ou une opération constituée de variables reliées par des opérateurs exemples: 1, b, a*2, a+ 3*b-c, … L'évaluation de l'expression fournit une valeur unique qui est le résultat de l'opération Les opérateurs dépendent du type de l'opération, ils peuvent être :

• • • •

des opérateurs arithmétiques: +, -, *, /, % (modulo), ^(puissance) des opérateurs logiques: NON(!), OU(| |), ET (&&) des opérateurs relationnels: =, , = des opérateurs sur les chaînes: & (concaténation)

Une expression est évaluée de gauche à droite mais en tenant compte des priorités des opérateurs.
2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

31

Expression : remarques
On ne peut pas additionner un entier et un caractère Toutefois dans certains langages on peut utiliser un opérateur avec deux opérandes de types différents, c’est par exemple le cas avec les types arithmétiques (4 + 5.5) La signification d’un opérateur peut changer en fonction du type des opérandes

• •

l’opérateur + avec des entiers effectue l’addition, 3+6 vaut 9 avec des chaînes de caractères il effectue la concaténation "bonjour" + " tout le monde" vaut "bonjour tout le monde"

2007/2008

Info2, 1ère année SM/SMI

32

Expression : remarques
Pour le langage C, si x et y sont entiers, x/y est une division entière alors que si l’un des deux ne l’est pas la division est réelle x+y/z : est une expression arithmétique dont le type dépend des types de x, y et z (x>y) | | !(x=y+1) : est une expression booléenne (| | dénote l’opérateur logique ou et ! Dénote la négation) Avant d’utiliser une variable dans une expression, il est nécessaire qu’une valeur lui ait été affectée. La valeur de l’expression est évaluée au moment de l’affectation

• • • • • •

x 4 y 6 z x+y Ecrire(z) y 20 Ecrire(z)

10 10 la modification de y après affectation n’a aucun effet sur la valeur de z
Info2, 1ère année SM/SMI 33

2007/2008

Priorité Priorité des opérateurs opé
Pour les opérateurs arithmétiques donnés ci-dessus, l'ordre de priorité est le suivant (du plus prioritaire au moins prioritaire) : • () : les parenthèses

• ^ : (élévation à la puissance) • * , / (multiplication, division) • % (modulo) • + , - (addition, soustraction) exemple: 9 + 3 * 4 vaut 21
En cas de besoin, on utilise les parenthèses pour indiquer les opérations à effectuer en priorité

exemple: (9 + 3) * 4 vaut 48
À priorité égale, l’évaluation de l’expression se fait de gauche à droite
2007/2008 Info2, 1ère année SM/SMI 34

Les opérateurs booléens
Associativité des opérateurs et et ou a et (b et c) = (a et b) et c Commutativité des opérateurs et et ou a et b = b et a a ou b = b ou a Distributivité des opérateurs et et ou a ou (b et c) = (a ou b) et (a ou c) a et (b ou c) = (a et b) ou (a et c) Involution (homographie réciproque) : non non a = a Loi de Morgan : non (a ou b) = non a et non b non (a et b) = non a ou non b Exemple : soient a, b, c et d quatre entiers quelconques : (a=b)&&(c==d)) (a…...

Similar Documents

Free Essay

Cours de Négo Vente

...Négo Vente : * Règle des 4 x 20 * Les 20 premières secondes * Les 20 premiers pas * Les 20 cm du visage * Les 20 premiers mots * L’Ethique de la vente : -> les règles qui régissent notre vie sont de différents niveaux. * La société : lois du pays * L’entreprise : règle de fonctionnement * L’individu : éthique professionnelle, morale personnelle * Honnêteté : donner au client des infos exactes sur la nature et les caractéristiques du produit et son service. Chercher à satisfaire les besoins et l’intérêt réel du produit Ne pas abuser de son pouvoir d’influence sur la décision d’un client. * Intégrité : Respecter et colporter les valeurs de son entreprise et sa politique commerciale Défendre ses couleurs Ne conclure une vente que si elle est juste et estimable * Respect : faire preuve de la même considération pour tous ses clients Chercher à comprendre les clients dans leur dimension humaine. Reconnaitre la valeur de son client Tenir ses engagements * Justice : respecter le droit de vente, laisser au client le temps et les moyens de décider * Maîtrise : de soi, de son comportement, des outils. Se former, s’informer en permanence. Maitrise de la relation commerciale, s’en tenir aux faits : mettre de côté les émotions. Stratégie : savoir construire un plan commercial pour une relation durable -> patience -> constructif. * Courage : endurer les échecs sans se défausser et sans......

Words: 1750 - Pages: 7

Free Essay

Archi

...ARCHITECTURE ET TECHNOLOGIE DES ORDINATEURS Sylvain TISSERANT Université de la Méditerranée Ecole Supérieure d’Ingénieurs de Luminy - Département d’informatique 2003 S. Tisserant – ESIL – Architecture et Technologie des Ordinateurs - 2003 2 Introduction I.1 Architecture des ordinateurs I.1.a L'informatique aujourd'hui Apparue au milieu du 20ème siècle, l'informatique a connu et connaît une évolution extrêmement rapide. A sa motivation initiale qui était de faciliter et d'accélérer le calcul, se sont ajoutées de nombreuses fonctionnalités, comme l'automatisation, le contrôle et la commande de pratiquement tout processus, la communication ou le partage de l'information. Dans nos sociétés occidentales elle omniprésente. Après avoir été un outil réservé aux centres de recherche, elle s'est implantée dans l'industrie et depuis les années 80 elle envahit nos foyers. Au départ nous n'avions que des systèmes centraux, puis sont apparus les postes de travail individuels, très rapidement reliés en réseaux locaux. Tous, ou presque, sont maintenant connectés à la "Toile". Nombreux sont les projets actuels d'utilisation et de gestion d'une puissance de calcul énorme distribuée sur un grand nombre de sites disséminés de par le monde. L'informatique est en grande partie responsable de la profonde transformation que connaît actuellement la civilisation des pays riches. Les évolutions techniques sont telles que la durée de vie des matériels est relativement courte. Le......

Words: 5614 - Pages: 23

Free Essay

Information System

...Bibliographie http://www.cyber.uhp-nancy.fr/demos/MAIN-002/chap_deux/pourq.html http://philippe.berger2.free.fr/automatique/cours/sadt/sadt.htm http://www.univ-pau.fr/~nancy/sadt/ http://www.ac-reunion.fr/pedagogie/si/Ressources/les_dossiers_techniques_par_syst.htm Michel Lissandre, "Maîtriser SADT", Armand Colin, 1990, 219 pages, ISBN 2200420226 "SADT, un langage pour communiquer", IGL Technology, Eyrolles, 1989, 336 pages, ISBN 2212081855 9 2. Les Méthodes Systémiques : 2.1. Présentation de la méthode MERISE: MERISE est une méthode de conception, de développement et de réalisation de projets informatiques. Le but de cette méthode est d'arriver à concevoir un système d'information. La méthode MERISE est basée sur la séparation des données et des traitements à effectuer en plusieurs modèles conceptuels et physiques. La séparation des données et des traitements assure une longévité au modèle. En effet, l'agencement des données n'a pas à être souvent remanié, tandis que les traitements le sont plus fréquemment. La méthode MERISE date de 1978-1979, et fait suite à une consultation nationale lancée en 1977 par le ministère de l'Industrie dans le but de choisir des sociétés de conseil en informatique afin de définir une méthode de conception de systèmes d'information. Les deux principales sociétés ayant mis au point cette méthode sont le CTI (Centre Technique d'Informatique) chargé de gérer le projet, et le CETE (Centre d'Etudes Techniques de l'Equipement) implanté à......

Words: 6323 - Pages: 26

Free Essay

Cours Droit Des Affaires

...COURS DE DROITS DES AFFAIRES I. Le droit II. Les branches du droit III. Le droit des contrats IV. Entreprises individuelles/société V. Droit de la concurrence VI. Droit du travail I. Le droit Lorsque on parle de droit, on peut entendre ce mot de deux façons différentes : le droit objectif et le droit subjectif. Le droit objectif est entendu comme un ensemble de règles (droit commercial, droit du travail). Les droits subjectifs sont des droits que l’on invoque lorsque que l’on demande à un juge la reconnaissance d’un droit (respect de la vie privée). II. Les branches du droit Une personne en droit est un sujet, qui n’est pas forcement humain, et qui a des droits et des obligations. Personne physique/morale : en droit dans les personnes juridique il n’y a que des personnes physiques ou des personnes morales. - Une personne physique : individu de chaire et d’os, que l’on peut toucher, qui a une matérialité. Deux niveau : majeurs/mineurs. Étymologie du mot « individu » : ne se divise pas. - Une personne morale : une entité abstraite reconnue par loi et au quelle la loi accorde des droits notamment fiscaux, cette personne morale est dirigée par une ou des personnes qui sont les représentants légaux et qui sont des personnes physiques. Personne publique/ privée Les personnes physiques sont toutes des personnes privées. En revanche les personnes morales peuvent être publiques ou privées. Personnes physique : personne......

Words: 1392 - Pages: 6

Free Essay

Cours Macro-Éco

...L'Europe connaît un taux de chômage moyen qui est, en moyenne, plus du double du niveau américain. La croissance plus forte des Etats-Unis explique que le taux de chômage soit plus faible, mais la causalité inverse est possible. 2. L'Union Européenne Le PIB de l'Union est de 8147 milliards d'euros. Son taux de croissance tournait autour de 4,8% entre 1960 et 1974, et tourne autour des 2% depuis. Le PIB de l'Union Européenne est à peu près égal au PIB des Etats-Unis. Le taux de croissance du PIB mesure la vitesse à laquelle une nation s'enrichit. Le taux de chômage mesure la proportion de travailleurs dans l'économie qui n'ont pas d'emploi et qui en cherchent un. Le taux d'inflation mesure le taux moyen de l'augmentation des prix au cours du temps. Dans les années 90, les performances économiques de l'Union ont été décevantes (croissance faible et chômage élevé), mais l'inflation est basse. La création de l'Euro a pour but de résoudre les problèmes qui sont identiques dans tous les pays de l'Union. 1) Comment réduire le chômage ? De 1960 à 1980, L'Union avait un taux de chômage inférieur aux Etats-Unis. La tendance s'est inversée depuis. En cause : - Les rigidités du marché du travail (allocation de chômage trop élevée, salaire minimum trop élevé, trop grande protection des travailleurs) bloquent la flexibilité du marché, contrairement aux Etats-Unis. - Le chômage résulte de mauvaises mesures de politique macroéconomique. Un changement d'inflexion de la......

Words: 16045 - Pages: 65

Free Essay

Strategie E-Business

...services existants Générer de nouvelles alliances avec les partenaires d’affaires Les objectifs visés par ces stratégies de développement sont d’accroître et d’atteindre de nouveaux marchés, augmenter la visibilité de Septembre éditeur et son image de marque, pour tirer de meilleurs bénéfices et assurer la viabilité à long terme de la maison d’édition. Afin de réaliser cela, Septembre peut miser sur son expérience et sa notoriété (son principal atout vis-à-vis la compétition), mais s’est aussi dotée des moyens financiers et des ressources humaines nécessaires pour donner vie à ce plan ambitieux. En effet, une restructuration complète des postes et des mandats est actuellement en 9 Septembre éditeur - plan d’affaires électronique cours, et les employés sont mis à contribution. De même, l’entreprise a comme objectif d’aller chercher de nouveaux partenaires d’affaires et de développer de nouveaux services susceptibles d’intéresser la clientèle. 2.4 Marché visé, produits/services, performance financière et croissance L’offre de Septembre Dans le cas de Septembre, les produits qui sont offerts sur le site sont des ouvrages qui touchent aux domaines de l’orientation, de l’emploi, de l’éducation et de la formation. Par ouvrages, on entend non seulement des livres (le principal produit de la maison d’édition), mais aussi des cédéroms, des logiciels, des trousses (valises comprenant plusieurs produits), des affiches, etc. Cela dit, en vue de répondre aux besoins......

Words: 21176 - Pages: 85

Free Essay

Cours Orh

...Tout est dans le regard de celui qui regarde. (suite) CHAPITRE 4 La perception, l’attribution et l’apprentissage 3 • Décrire le processus de perception. • Définir les principales erreurs de perception. • Expliquer les processus d’attribution et d’apprentissage social. • Expliquer et distinguer les diverses stratégies en matière d’apprentissage par renforcement. LE PROCESSUS DE PERCEPTION CHAPITRE 4 La perception, l’attribution et l’apprentissage 5 ’ ’ • LES ERREURS DE PERCEPTION LES PLUS RÉPANDUES – Le stéréotype ou le cliché – L’effet de halo – La perception sélective – La projection – L’effet de contraste – La prophétie qui se réalise • L APPRENTISSAGE PAR RENFORCEMENT – Le conditionnement répondant et le conditionnement opérant – Le renforcement positif – Le renforcement négatif – La punition – L extinction – Résumé des stratégies de modification du comportement organisationnel – Le renforcement : le pour et le contre CHAPITRE 4 La perception, l’attribution et l’apprentissage CHAPITRE 4 La perception, l’attribution et l’apprentissage ’ ’ ’ ’ ’ • LE PROCESSUS DE PERCEPTION – Les facteurs qui influent sur le processus de perception – Les étapes du processus de perception – La perception, la gestion de l’impression et les médias sociaux • LA PERCEPTION, L ATTRIBUTION ET L APPRENTISSAGE SOCIAL – L importance de l attribution – Les erreurs d attribution – Les différences interculturelles en matière d attribution – L......

Words: 2560 - Pages: 11

Free Essay

Steve Jobs Biography

...première heure. John Lasseter : cofondateur de Pixar et réalisateur de génie. Dan’l Lewin : directeur marketing avec Jobs à Apple, puis à NeXT. Mike Markkula : le premier grand investisseur d’Apple et président du conseil d’administration. Figure paternelle pour Jobs. Regis McKenna : génie de la communication qui a été le guide de Jobs au début d’Apple et qui est resté l’un de ses mentors. Mike Murray : premier directeur marketing de l’équipe Macintosh. Paul Otellini : P-DG d’Intel qui a permis le passage des Macintosh aux microprocesseurs Intel, mais qui n’a pas eu le contrat pour les iPhone. Laurene Powell : étudiante brillante et pétillante, diplômée de l’université de Pennsylvanie. Travaille chez Goldman Sachs, puis suit les cours de la Stanford Business School. Mariée à Jobs en 1997. Arthur Rock : investisseur légendaire du secteur technologie, l’un des premiers membres du conseil d’administration d’Apple, autre figure paternelle pour Jobs. Jonathan Rubinstein (« Ruby ») : travaille avec Jobs chez NeXT, devient, chez Apple, directeur du département matériel en 1997. Mike Scott : appelé par Markkula pour prendre la direction d’Apple en 1977. A tenté de « gérer » Jobs. John Sculley : directeur chez Pepsi, recruté par Jobs en 1983 pour être le P-DG d’Apple. Il s’est fâché avec Jobs et l’a limogé en 1985. Joanne Schieble Jandali Simpson : mère biologique de Steve Jobs, née dans le Wisconsin, et qui a confié le bébé à l’adoption. Elle a élevé son......

Words: 233799 - Pages: 936

Free Essay

Cours

...droit A l'environnement → défendre les droit d'un individu vis à vis d'un environnement dégradé, mal géré. Droit à un environnement préservé et/ou correctement géré. Durant 40 dernières années émerge idée que fondé de penser un droit à l'environnement. Perspective de droit fondamental ? L'homme est le sujet de la convention européenne des droits de l'homme. La convention n'envisage que l'homme et ne l'envisage pas dans son environnement. Difficulté conceptuelle : peu de porte d'entrée dans la famille des droit fondamentaux. Explication de pourquoi la cour européenne des droits de l'homme principale actrice de cette consécration du droit à l'environnement. Peu d'instrument n'a peut accueillir droit à l'environnement car dans cette aire, il y a la Cour. La cour peut se placer dans le préambule de la convention, qui dit que but du conseil de l'Europe passe par développement … Accueil de ce droit à l'environnement La cour va agir et ne se place pas dans situation d'apesanteur. On n'avance pas sans rien. Des jalons ont déjà été posés : - Déclaration de Stockholm (1972) affirme « l'homme a un droit fondamental...à des conditions de vie satisfaisantes dans un environnement dont la qualité lui permette de vivre dans la dignité et le bien être » « il a le devoir solennel de protéger et d'améliorer l'environnement pour les générations actuelles et à venir ». Dès 1972, affirmation très importante : lien entre DE et dignité de la personne ! Apprécier la dignité du sujet par......

Words: 3216 - Pages: 13

Free Essay

Essay

...de mes principaux souhait la poursuite de mes études jusqu’a l’obtention dedoctorat . Mon reve est de faire partie d’une équipe de recherche dans le domaines de l’economie-gestion et pouvoir ainsi rejoindre un centre de recherche et apporté un plus. 3/ Motivation : Mon choix est motivé par la réputation que possèdent les universités française et par la qualité de formation dispensée par leurs professeurs de renommé internationale,ainsi que leurs relation avec d’autres université étrangères leurs permettant l’innovation et le progrès, et surtout leurs rapport avec des entreprises et institutions étrangères facilitant les stages pratiques aux étudiants. Outres mes connaissances en langue française me permettant de bien suivre les cours d’enseignements et de faciliter mon intégration, les encouragements de mes professeurs et leur soutiens et conseils aussi qu’une vive volonté d’aller de l’avant et de mener a bien une expérience d’études à l’étranger. ___________________________________________________________________________ DOMAINE: BIOLOGIE : 1-Mon projet d’étude : La biologie est un domaine d’étude pluridisciplinaire, qui amène à collaborer avec des personnes dont les formations sont différentes, ce qui procure une vision globale de la science et c’est ce qui me pousse aussi à penser de la spécialisation. Titulaire d’un diplôme d’études supérieures en biologie option biochimie à l’université Larbi Ben M’hidi . Je souhaite poursuivre mes études supérieures......

Words: 8878 - Pages: 36

Free Essay

Etude Pays Norvège

...Pétrole, cuivre, gaz naturel, pyrite, nickel, minerai de fer, zinc, plomb, poisson, bois, énergie hydroélectrique 3). Principales villes et nombre d’habitants Sources :http://www.mfe.org/index.php/Portails-Pays/Norvege/Presentation-du-pays/Villes-principales La Norvège est divisée en 19 comtés (fylke) subdivisés en 454 municipalités.  Environ 80 p. 100 des habitants de la Norvège vivent en zone urbaine. Oslo Appelée CHRISTIANIA entre 1624 et 1925, la ville compte 500 000 habitants (750.000 dans l'agglomération). Commune très étendue (454 km2), elle est située au fond d'un fjord et entourée de collines boisées légèrement élevées. Fondée en 1048, Oslo est la résidence de la famille royale, du gouvernement, du Parlement et de la Cour Suprême. C'est à la fois une cité commerciale, industrielle et le port le plus important du pays. L'université d'Oslo, fondée en 1813, est la plus ancienne et la plus importante de Norvège. Elle offre le plus large choix d'études et de diplômes du pays. Bergen La deuxième ville de Norvège (250.000 habitants), ancienne cité de la Hanse commerçante et maritime fondée en 1070, est aussi le centre culturel de la Norvège occidentale avec une importante université. Un festival international s'y déroule en mai/juin. La ville est dotée d'un climat particulièrement pluvieux. Anciens docks pittoresques, environs côtiers et fjord réputés. Trondheim Fondée en 997 sous le nom de Nidaros, la ville compte 150.000 habitants. Capitale de la......

Words: 13414 - Pages: 54

Free Essay

Cour de SéMiologie

... Cours de sociologie Sociologie : étude des faits sociaux I. Définition d’Emile Durkeim Emile Durkheim (sociologue français, fondateur de la sociologie moderne) à donner une définition : pour lui le comportement des individus est déterminer par des normes collectives, des faits sociaux difficilement évitable. Il faut traité les effets sociaux comme des choses, ainsi ses faits sociaux deviennent des objets observable et donc analysable. Pour lui il explique que des faits sociaux s’imposent aux individus et qu’ils ne sont pas réductible a des faits purement individuel. 1897 ouvrage « Le suicide » c’est le résultat de plusieurs facteur sociaux : l’intégration, la religion, les saisons … La sociologie a une visée de synthèse générale et a une forme de pluridisciplinarité : histoire, psychologie … II . Ses fondements historiques Le fait social existe depuis tout le temps Il devient un objet de recherche au XIXe siècle Pour penser la modernité, pour appréhender une société qui connait de profond bouleversement : politiques, économiques et intellectuels. Elle est la pour pensée la modernité. III. Ses préoccupations On peut catégorisé la sociologie en 3 grandes préoccupations : *......

Words: 974 - Pages: 4

Free Essay

Easy French

...place, or thing. In French, all nouns are masculine or feminine (gender) and singular or plural (number). The French definite article is used more frequently than the is used in English. The Definite Article The French definite article agrees with the noun in gender and number. Singular Masculine Feminine Masculine and feminine before a vowel sound or mute h Plural le la l’ les les les Masculine Nouns Masculine singular nouns take the definite article le. The genders of French nouns are hard to guess. You will learn them as you go along. Pronounce the following nouns with their article. Refer to the Guide to Pronunciation as needed. le chat (the cat) le chien (the dog) le cinéma (the cinema, film, movies) le cours (the course, class) le football (soccer) 3 le frère (the brother) le garçon (the boy) le livre (the book) le téléphone (the telephone) le vin (the wine) 4 First Elements of French Feminine Nouns Feminine singular nouns take the definite article la. la banque (the bank) la boutique (the store, shop) la chemise (the shirt) la femme (the woman, wife) la jeune fille (the girl) la lampe (the lamp) la langue (the language) la sœur (the sister) la table (the table) la voiture (the car) Many feminine nouns end in -e, but please don’t consider this a general rule. The nouns in the following list do not end in -e; however, they are all feminine. Most final consonants are silent in French. In the list below,......

Words: 95898 - Pages: 384

Free Essay

Clearfrancais

...points) 13. le laboratoire 14. le CDI 15. la cantine 16. la cour de récré(ation) 17. la salle d’informatique 18. le complexe sportif 19. le gymnase 20. le CDI D (10 points) 21. conseiller 22. infirmière 23. documentaliste 24. retenue 25. lunettes de protection Grammaire 1 A (5 points) 1. b 4. c 2. a 5. a 3. b B (10 points) 6. Rien ne lui est arrivé aujourd’hui! 7. Alain n’a rien trouvé d’intéressant au CDI. 8. Personne n’a aidé Alain à faire son expérience. 9. Alain n’a vu personne à la compétition d’athlétisme. 10. Alain n’a eu que deux bonnes notes. C (10 points) 11. les ai données 12. lui ai téléphoné 13. l’avons réussie 14. l’a pas trouvé 15. nous a choisies D (10 points) 16. Je n’ai rien fait après les cours. 17. Rien ne m’est arrivé. 18. Il n’a choisi personne. 19. Personne ne m’a aidé(e) au CDI. 20. Oui, je n’ai réussi qu’un examen aujourd’hui. Application 1 A (10 points) 1. b 4. a 2. c 5. e 3. d B (10 points) 6. a 9. b 7. a 10. a 8. b C (15 points) Answers will vary. Sample answer: Salut, Annick! Je suis très contente. J’ai reçu une bonne note à mon interro de maths et j’ai réussi mon expérience en cours de chimie. Au fait, comment s’est passée ta compétition d’athlétisme? Je parie......

Words: 830 - Pages: 4

Premium Essay

Cour

...Court Decisions Checkpoint Axia College Court Decisions Checkpoint The “War on Drugs” is becoming more important to the government, program administrators, policy makers, and the public. Money has become an issue in social welfare programs that is vied for on a daily basis; who will get money to support their causes? In November, 1999, a U.S. District Judge ordered a temporary injunction barring the drug testing of new public assistance applicants in Michigan; citing questionable constitutionality. (Alcoholism and Drug Abuse Weekly, 1999) The use of drugs has long been a concern for citizens when giving money to people who are in need. How often have you heard someone say “Don’t give money to street beggars, they just use it for drugs and alcohol?” The problem of the abuse does not seem to be lessening, but it appears the courts believe that testing before receipt of benefits may not be legal. In this case, I believe that the courts have made the appropriate decision. While the use of drugs and alcohol do contribute to poverty and unemployment, they are also side-effects of a bad situation. While most people feel that those who can work should work, there will always be some that are left without opportunity or ability to provide for themselves and their families. There are several aspects of the drug testing dilemma that must be addressed when reviewing the legality, reality, and constitutionality of such a program. The first issue that must be addressed is equal......

Words: 1073 - Pages: 5